Accéder au contenu principal

La collectionnïte aiguë ou l'art d'être un fanboy

Comme beaucoup d'entre nous, j'ai une tendance à la collectionnïte aiguë. J'adore posséder tous les modèles, tous les exemplaires, toutes les extensions d'une gamme, pour que celle-ci soit complète. Plus que tous, j'achète tout ce qui est collector ou en édition limitée. Mais je me soigne...

A la base, je ne m'intéressais qu'aux univers GW, et ce pendant de très nombreuses années. Et je dois bien le dire, j'ai été un très grand consommateur de produits GW. Un peu moins maintenant, mais toujours un peu. J'ai joué et (ce que cela implique dans le hobby GW) collectionné à peu près tout les jeux sortis depuis 1996 : Heroquest, Space Crusade, Warhammer 40.000, Necromunda, Space Hulk, Epic 40.000, Warhammer, Warhammer Quest, Battlefleet Gothic, Blood Bowl, ... et toutes les nouvelles éditions que cela implique... J'ai eu plus d'armées que de doigts pour les compter, et la plupart ne sont restés que de simples projets à peine montés. D'ailleurs, c'est un peu cela le problème des jeux GW, et en même temps son point fort : le modélisme. 
Pour moi, peindre, c'est avant tout un plaisir. Mais l'erreur du début, ça a été d'acheter sans peindre, et encore aujourd'hui, j'ai tendance à acheter plus de figurines que de raison. Surtout que le stock en attente ne diminue pas assez vite. Parfois, je me demande si je ne suis pas esclave de ce qu'il me reste à peindre.

Depuis pas mal d'années, je me suis rendu compte que mon temps de jeu n'étant pas extensible, les produits GW ont le défaut d'être trop exclusifs. Lorsque l'on fait du GW, on a pas le temps pour autre chose. Ni l'argent d'ailleurs! Surtout si comme moi, vous achetez tous les codex, les livres d'armées et les romans Black Library. Mais la diminution du nombre de joueurs proches, l'augmentation des prix et les éternelles remises à zéro des systèmes ont eu raison de ma volonté. Et même si je peins toujours beaucoup, je ne joue que rarement. Il me fallait jouer à nouveau, sans ajouter de peinture (raté pour Zombicide!). Doucement, subrepticement "en tapinant" (comprend qui pourra) les jeux de société sont entrés dans ma vie.

Les premiers jeux achetés étaient plus ou moins liés aux univers GW : Talisman, Chaos dans le Vieux-Monde, ... Et puis les autres, arrivés en parallèle, étaient plutôt des jeux d'ambiance pour des soirées avec des non gamers. Au fur et à mesure, la quantité de jeux a augmenté, j'ai acheté les classiques indémodables, mais aussi les nouveautés dans le vent. De plus en plus de jeux, mais pas forcément le temps de tous les exploiter, voire même de jouer à tout. Mais bon, il y a toujours cette envie d'avoir le jeu et toutes ses extensions... Toujours cette foutu collectionnïte... 

Lorsque j'en suis arrivé aux jeux de plateau, j'ai essayé d'utiliser des méthodes pragmatiques d'achat histoire de restreindre ma collectionnïte aiguë car le porte monnaie non plus n'est pas extensible... Lorsque l'on continue doucement ses armées de jeux GW, et que l'on veut autre chose, il faut savoir se contrôler. Dès le début, j'ai fait attention à ce que j'achetais.
Mes achats sont dictés par une conduite responsable : je me renseigne, je lis les avis sur TricTrac, je regarde des vidéos, et si je suis sûr de moi, j'achète le jeu. Ce qui ne m'a pas empêché quelques erreurs... 

Depuis quelques temps, suite à une de mes dernières réflexions, pour ne pas me tromper, je classe mes achats dans différentes catégories correspondant aux personnes avec qui je vais pouvoir y jouer. Les noms de mes wishlists sur Philibert sont d'ailleurs assez évocateurs :
- "Jeux fun pour tous" type party game
- "Gros jeux pour tous" comme les aventuriers du rails ou Abyss.
- "Vrais jeux pour nous", bah, les trucs de bonhommes !! 
- "Warhammer" les jeux GW. 
Vous remarquerez le distinguo effectué dans la sémantique de mes titres...  

Kickstarter ne m'a pas aidé à lutter contre mon syndrome de collectionnïte. La simple idée d'une édition limitée me motive à l'achat compulsif et KS est le roi des stretch goals limités. Mais je me soigne, je n'ai rien pledgé depuis des mois... Cela dit, il y a Mythic Battles qui va arriver !

J'ai trouvé sur Ludovox cette page de BD qui résume assez bien la situation... Bravo à l'auteur Julien Nem qui a réussi quelques belles pages sur le thème du jeu de société.
Mais bon, fatalement, le nombre de jeux ne cessant d'augmenter, il devient problématique à la maison, car j'ai de moins en moins de place. Et je ne vous raconte pas comment ça va se passer avec les arrivées des all-in de 7 sins et Conan...
Il va falloir trouver que faire ? 

Commentaires

Best of du mois

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par HagarWulfen

HagarWulfen : Pour finir cette année 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque joueur de notre groupe quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. Je m’y colle.
Tops :
Rising Sun : Clairement la bonne surprise de l’année pour moi. On n’en a fait que 3 parties, mais c’est un plaisir à chaque fois. La preuve s’il en ait que Kickstarter peut permettre de belles pépites en proposant des jeux de société intéressants, magnifiés par un matériel pléthorique et de qualité. Les jeux de conquête sont clairement mes jeux préférés, mais ils ont le mauvais goût d’encourager à éliminer ses adversaires et à durer des heures. Comme plus personne ne veut y jouer, ils ne le servent à rien. Ici, sous un enrobage de jeu de conquête, Eric Lang nous propose un en réalité un jeu de majorité qui donne l’impression de jouer à un jeu de conquête. Le tout …

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Kenozan

Dans la lignée de mon camarade HagarWulfen, voici mes tops et flops de l'année 2018. La plupart sont des jeux récents, je n'ai pas trouvé le temps de reprendre d'anciens jeux ...
Tops : One Deck Dungeon : Une très bonne surprise pour du jeu solo. Le jeu est facile à comprendre, contient toute la mécanique nécessaire à un dungeon crawler en très peu de place et se joue rapidement (une grosse demi heure par donjon). Certes au bout de 10 parties d'affilée ça se répète un peu mais avec 5 donjons et 5 personnages il y a de quoi faire. Et puis une fois terminé il y a l'extension Forest of Shadows qui renouvelle les rencontres et les monstres. Vraiment, je conseille à tout amateur de jeu solo.

Fallout Wasteland Warfare : Un jeu d'escarmouche qui inclut de la recherche, des missions, de la progression en mode "Settlement". Et puis l'univers de Fallout est proprement retranscrit. On regrettera un mode "aventure" pour jouer un perso contre diverses m…

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Uncle Scourge :

HagarWulfen : pour finir cette 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque jouer de notre groupe, quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. 

Il était grand temps pour moi de me lancer dans l'écriture d'un article, puisque qu'HagarWulfen me le demande depuis maintenant plus d'un an. Quoi de mieux que de commencer avec un TOPS/FLOPS?
Disclaimer : Je vis depuis quelques années à Montréal, mon langage a changé et il se peut que des anglicismes se glissent dans mes articles, soyez tolérant!

TOPS :

Western Legend : propre et efficace, le narratif et les graphismes du jeu m'ont séduit. Les mécaniques de jeux donnent un excellent feeling des différentes méthodes pour devenir une légende du Far-West ! Par exemple tenter sa chance en tant que bandit donne accès à de nombreuses récompenses et assure une gloire rapide, m…

La fin de Warhammer ... et de GW ?

Bon bah voilà, c'est fait ! Ce que je prédisais depuis plus d'un an à qui voulait bien l'entendre, est arrivé. Games Workshop s'est débarrassé du gouffre financier qu'est Warhammer. Warhammer est mort. Ou plutôt Warhammer Fantasy Battle est mort!
En même temps, lorsqu'un jeu coûte aussi cher en développement que coûtait WFB, et qu'il prend autant de place dans les magasins, tout cela pour ne faire que moins de 20% du chiffre d'affaire d'une entreprise, il est évident qu'il faut agir.
Alors Games Workshop a agi. Les suppléments End of Times ont détruit le monde de Battle, et on passe à la suite, tout le monde est mort, sauf Sigmar. Et il revient avec des gars en armure, préparés en secret dans ses laboratoires magiques (manquerait plus que ce soit sur Luna et ça nous rappellerait fortement quelque chose. Bref, c'est une remise à plat du background et de l'imagerie du monde de battle... non de Sigmar...!

Games Workshop vise avant tout le ma…

[Horus Heresy] Le maître de l'humanité - Aaron Dembski-Bowden

Des milliards et des milliards de voix maudissent Horus l'architraître, lui qui a déclenché un conflit galactique d'une ampleur quasi inimaginable. Pourtant, d'aucuns murmurent qu'il faudrait blâmer l'Empereur lui-même. Des années après s'être retiré de la Grande Croisade en faveur d'obscures travaux sous le Palais impérial de Terra, il livre à présent une sorte de guerre toute différente dans l'antique Toile des Eldars - une guerre contre les forces démoniaques du Chaos.
Ah putain !! Enfin !! C'est à l'aune de la lecture de ce roman qu'on se rend compte à quel point les précédents étaient mauvais. Je crois que depuis un (long) moment, je n'avais pas lu un livre d'une telle qualité dans cette collection... 
Aaron Dembski-Bowden qui avait pourtant mal commencé sa carrière chez Black Library avec la daube qu'est Helsreach, mais qui avait produit le magnifique Le Premier Hérétique nous offre là l'un des meilleurs livres de la sé…