Accéder au contenu principal

Dan Abnett - Les Fantômes de Gaunt - Cycle Premier : La Fondation

Tout a commencé par le retour des Fantômes de Gaunt dans Salvation's Reach, et me revoilà à lire tous les volumes des Fantômes, depuis le début. Un mois après, tout est lu... et c'est le gros kiffe. 

Dans un lointain futur déchiré par la guerre, la Croisade des Mondes de Sabbat vient de commencer. L'Imperium a lancé ses légions de gardes impériaux contre les forces du Chaos, et doit remporter la victoire, quel qu'en soit le coût. Le commissaire impérial Ibram Gaunt et les hommes du Premier et Unique régiment de Tanith se retrouvent pris dans une situation où de nombreuses forces tentent de s'approprier l'in des plus grands secrets de l'univers.
Les Fantômes de Gaunt parviendront-ils à protéger l'Humanité de l'un de ses plus terribles secrets? 
Premier roman des Fantômes de Gaunt, on y découvre la base de l'univers développé dans les Fantômes. Abnett est fort. Il nous propose un univers cohérent, intéressant, et surtout un mystère qui nous tient en haleine tout au long du roman. 
Ce qui est dommage, c'est qu'Abnett met "trop" le paquet pour que ce soit cohérent avec la suite. Trop de secrets. On sent qu'il visait le one shot !  


Après la mort de son prédécesseur, le Maître de Guerre Macaroth poursuit l'offensive impériale visant à libérer les Mondes de Sabbat de l'emprise du Chaos. Voltemand, Ramillies, Caligula, Bucephalon ; à mesure que se succèdent les zones de combat, Gaunt doit batailler non seulement pour refouler les serviteurs des ténèbres, mais pour gagner les cœurs et la confiance de ses Fantômes.
Sur la planète Monthax, une simple mission de reconnaissance dans la jungle soulève une nouvelle intrigue. Les Fantômes, se retrouvent entraînés dans le conflit millénaire entre le Chaos et la plus énigmatique des races extraterrestres, les eldars.
Honnêtement, ce roman n'est pas le meilleur de la série. L'histoire ne semble être qu'un prétexte pour assembler plusieurs nouvelles. Je suis même sûr que certaines nouvelles ont été écrites avant le premier roman et qu'elles ont été assemblées de manière un peu plus intelligente que d'habitude. Plusieurs chapitres soulèvent même des thématiques ou des contextes qui vont être exploités plus tard.

Son plus gros défaut est le melting-pot d'ennemis que l'on croise dans ce livre. Un space marine du chaos, des orks, des fidèles du chaos, un dreadnought, des Eldars, de l'inquisition... Trop de choses différentes. Il faut rappeler que nous sommes au début de l'oeuvre d'Abnett, et qu'à l'époque, le contexte n'était pas complètement définit. Il se contente de raconter des scènes variées.  

La plus grande réussite de ce livre, c'est la surtout la découverte en profondeur des quelques personnages qui y sont développés. On découvre Gaunt, Corbec, Rawne, Feigor, Mkoll, Dorden, Caffran, Varl, Domor, Milo, Larkin et quelques autres,... La fine équipe du début. On comprend le pourquoi du comment du grade spécifique de Gaunt, de sa formation, de la destruction de Tanith... 
C'est tout de même un indispensable si on veut approfondir les personnages. 


Sur le monde éclaté de Verghast, Gaunt et ses Fantômes se retrouvent plongés dans les querelles anciennes d'une guerre civile et le siège acharné d'une immense cité-ruche. Lorsque la trahison frappe de l'intérieur et met à bas les défenses de la ville, les rivalités et la corruption menacent d'amener le Premier et Unique de Tanith au bord de la défaite.
Le commissaire impérial Ibram Gaunt doit trouver de nouveau alliés et de nouveaux Fantômes s'il veut pouvoir sauver la ruche Vervun du plus grand de tous les dangers : l'invasion par les légions du Chaos. 
C'est ici qu'Abnett décide enfin de faire des Fantômes, une saga. Ce serait même possible de commencer la série ici. C'est l'un des meilleurs romans sur les Fantômes. Pas de secrets, pas de trucs extraordinaires comme les eldars et l'inquisition, juste un combat pour la survie de la ruche Vervun. 
Les combats sont épiques, le désespoir est partout, mais Ibram Gaunt, qui jusqu'à présent avait surtout gagné les batailles par des miracles inexpliqués, se retrouvent enfin dans une situation d'où il se sort par son talent. 
Et puis enfin, il agit comme un commissaire... 
Un indispensable, et pour moi, le vrai début de la saga.  

Commentaires

Best of du mois

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par HagarWulfen

HagarWulfen : Pour finir cette année 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque joueur de notre groupe quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. Je m’y colle.
Tops :
Rising Sun : Clairement la bonne surprise de l’année pour moi. On n’en a fait que 3 parties, mais c’est un plaisir à chaque fois. La preuve s’il en ait que Kickstarter peut permettre de belles pépites en proposant des jeux de société intéressants, magnifiés par un matériel pléthorique et de qualité. Les jeux de conquête sont clairement mes jeux préférés, mais ils ont le mauvais goût d’encourager à éliminer ses adversaires et à durer des heures. Comme plus personne ne veut y jouer, ils ne le servent à rien. Ici, sous un enrobage de jeu de conquête, Eric Lang nous propose un en réalité un jeu de majorité qui donne l’impression de jouer à un jeu de conquête. Le tout …

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Kenozan

Dans la lignée de mon camarade HagarWulfen, voici mes tops et flops de l'année 2018. La plupart sont des jeux récents, je n'ai pas trouvé le temps de reprendre d'anciens jeux ...
Tops : One Deck Dungeon : Une très bonne surprise pour du jeu solo. Le jeu est facile à comprendre, contient toute la mécanique nécessaire à un dungeon crawler en très peu de place et se joue rapidement (une grosse demi heure par donjon). Certes au bout de 10 parties d'affilée ça se répète un peu mais avec 5 donjons et 5 personnages il y a de quoi faire. Et puis une fois terminé il y a l'extension Forest of Shadows qui renouvelle les rencontres et les monstres. Vraiment, je conseille à tout amateur de jeu solo.

Fallout Wasteland Warfare : Un jeu d'escarmouche qui inclut de la recherche, des missions, de la progression en mode "Settlement". Et puis l'univers de Fallout est proprement retranscrit. On regrettera un mode "aventure" pour jouer un perso contre diverses m…

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Uncle Scourge :

HagarWulfen : pour finir cette 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque jouer de notre groupe, quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. 

Il était grand temps pour moi de me lancer dans l'écriture d'un article, puisque qu'HagarWulfen me le demande depuis maintenant plus d'un an. Quoi de mieux que de commencer avec un TOPS/FLOPS?
Disclaimer : Je vis depuis quelques années à Montréal, mon langage a changé et il se peut que des anglicismes se glissent dans mes articles, soyez tolérant!

TOPS :

Western Legend : propre et efficace, le narratif et les graphismes du jeu m'ont séduit. Les mécaniques de jeux donnent un excellent feeling des différentes méthodes pour devenir une légende du Far-West ! Par exemple tenter sa chance en tant que bandit donne accès à de nombreuses récompenses et assure une gloire rapide, m…

La fin de Warhammer ... et de GW ?

Bon bah voilà, c'est fait ! Ce que je prédisais depuis plus d'un an à qui voulait bien l'entendre, est arrivé. Games Workshop s'est débarrassé du gouffre financier qu'est Warhammer. Warhammer est mort. Ou plutôt Warhammer Fantasy Battle est mort!
En même temps, lorsqu'un jeu coûte aussi cher en développement que coûtait WFB, et qu'il prend autant de place dans les magasins, tout cela pour ne faire que moins de 20% du chiffre d'affaire d'une entreprise, il est évident qu'il faut agir.
Alors Games Workshop a agi. Les suppléments End of Times ont détruit le monde de Battle, et on passe à la suite, tout le monde est mort, sauf Sigmar. Et il revient avec des gars en armure, préparés en secret dans ses laboratoires magiques (manquerait plus que ce soit sur Luna et ça nous rappellerait fortement quelque chose. Bref, c'est une remise à plat du background et de l'imagerie du monde de battle... non de Sigmar...!

Games Workshop vise avant tout le ma…

[Horus Heresy] Le maître de l'humanité - Aaron Dembski-Bowden

Des milliards et des milliards de voix maudissent Horus l'architraître, lui qui a déclenché un conflit galactique d'une ampleur quasi inimaginable. Pourtant, d'aucuns murmurent qu'il faudrait blâmer l'Empereur lui-même. Des années après s'être retiré de la Grande Croisade en faveur d'obscures travaux sous le Palais impérial de Terra, il livre à présent une sorte de guerre toute différente dans l'antique Toile des Eldars - une guerre contre les forces démoniaques du Chaos.
Ah putain !! Enfin !! C'est à l'aune de la lecture de ce roman qu'on se rend compte à quel point les précédents étaient mauvais. Je crois que depuis un (long) moment, je n'avais pas lu un livre d'une telle qualité dans cette collection... 
Aaron Dembski-Bowden qui avait pourtant mal commencé sa carrière chez Black Library avec la daube qu'est Helsreach, mais qui avait produit le magnifique Le Premier Hérétique nous offre là l'un des meilleurs livres de la sé…