Accéder au contenu principal

[Escape Game] THE GAME

Autant vous le dire tout de suite, chez The Game, on est dans le haut du panier des escapes à Paris.

Les infos importantes
Adresse : 51 rue du Cardinal Lemoine, 75005 Paris
Prix : de 23€ à 30€ par personne.
Site : http://www.thegame-france.com

Braquage à la française :
- Le background : Dès l'arrivée de votre hôte, vous êtes mis dans l'ambiance. Il a besoin de vous pour braquer un coffre et y récupérer des documents compromettants le concernant. Un scénario classique mais qui se révèle être plein de vraies belles surprises. 
- Le cheminement : Tout est bien pensé, chaque joueur est occupé, il y a pas de temps mort car il y a toujours des choses à faire en parallèle de la piste principale. Il y évidement du code et du cadenas, mais il y a aussi plein de trucs ingénieux qui cassent la routine. Mention spéciale pour la fin. 
- Le décor : La porte du coffre claque sévèrement, L'intérieur du coffre aussi. Magnifique. 
- La difficulté : Deux difficultés majeures, mais notre employeur qui a piraté la sécurité nous aide via l'écran. En tout cas, pas de blocage car il y a des pistes secondaires et la difficulté est croissante. 
Note : 10/10

La danseuse parisienne : 
- Le background : Une danseuse a disparu. Son frère vous engage pour la retrouver.
- Le cheminement : La aussi, le cheminement est logique, tout les joueurs sont occupés et il y a même des pistes annexes qui ne sont pas indispensables pour finir le jeu. 
- Le décor : il est réaliste et représente bien un appartement du début du XXième siècle (même si j'ai le même parquet). Dans l'ensemble c'est très beau. Mentions spéciales aux meubles qui sont énormes. 
- La difficulté : La aussi, la difficulté est croissante et il y a toujours des trucs à faire. On ne reste pas bloqué. Sinon, des petits messages nous sont envoyés par le frère via un trou dans le mur.  
Note : 10/10


Les catacombes : 
- Le background : Pendant les travaux, un accès aux catacombes a été découvert. Il y a sans doute un trésor. A nous de le trouver, et de revenir. J'ajoute que le petit mail que l'on reçoit la veille et le sms le jour même ajoute beaucoup à l'ambiance. D'autant plus qu'ils sont nominatif. J'adore. 
- Le cheminement : On commence la partie séparé, et déjà, il faut retrouver ses camarades, puis libérer ceux qui sont enfermer dans les catacombes. Les étapes coulent de sources, tout est très logique mais on peut tout de même s'interroger sur la présence de structure en bois (de jeux) dans les catacombes. Il y a de la manipulation, de la fouille, et des codes. 
- Le décor : le décor est très sympa, d'autant plus que nous sommes dans la pénombre avec des lampes frontales. Les catacombes sont bien représentés. 
- La difficulté : Mis à part la fin, rien ne m'a paru trop difficile. 
Note : 8/10

MAJ : 18/12/2016

Le braquage du Casino :
- Le background : Même si le lieu s'est considérablement agrandit et que ce ne sont pas les proprios qui nous ont accueilli, la politique reste la même et notre hôtesse nous a vite mise dans l'ambiance. On est des braqueurs, et on y croit. Récupérer l'oseille dans un casino... Easy !! J'ai déjà braqué une banque. Le scénario reste simple mais efficace. 
- Le décor : Et dès l'entrée dans la salle, le décors confirme le scénario. Ils sont forts car c'est beau, et très réaliste. Magnifique. 
- Le cheminement : Lorsque le fil de l'histoire commence à se dérouler devant nous, c'est là que l'on voit le niveau de qualité de The Game. Tout est bien pensé, le cheminement est logique. Chaque joueur est occupé, il n'y a aucun temps mort et ça commence même très fort. Si j'ajoute qu'il n'y a aucun cadenas, on remercie encore plus les auteurs. Il y a pléthore de gadgets ingénieux qui vous en mettent plein la vue. Ils sont très forts... 
- La difficulté : Au niveau de la difficulté, nous ne l'avons pas trouvé très difficile mais il semblerait que le taux de réussite ne soit tout de même pas énorme. 
Note : 10/10


- L'accueil : c'est le gros point fort de The Game par rapport aux autres escape game testés. Vous êtes accueilli agréablement dans un petit salon cosy et bien entretenu, on vous offre à boire, les toilettes sont propres, Bref, des petits gestes commerciaux bien sympathiques et qui donnent envie de revenir. J'ai tout testé chez The Game, et il n'y a aucun faux pas. Allez-y sans soucis ! 

Commentaires

Best of du mois

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par HagarWulfen

HagarWulfen : Pour finir cette année 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque joueur de notre groupe quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. Je m’y colle.
Tops :
Rising Sun : Clairement la bonne surprise de l’année pour moi. On n’en a fait que 3 parties, mais c’est un plaisir à chaque fois. La preuve s’il en ait que Kickstarter peut permettre de belles pépites en proposant des jeux de société intéressants, magnifiés par un matériel pléthorique et de qualité. Les jeux de conquête sont clairement mes jeux préférés, mais ils ont le mauvais goût d’encourager à éliminer ses adversaires et à durer des heures. Comme plus personne ne veut y jouer, ils ne le servent à rien. Ici, sous un enrobage de jeu de conquête, Eric Lang nous propose un en réalité un jeu de majorité qui donne l’impression de jouer à un jeu de conquête. Le tout …

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Kenozan

Dans la lignée de mon camarade HagarWulfen, voici mes tops et flops de l'année 2018. La plupart sont des jeux récents, je n'ai pas trouvé le temps de reprendre d'anciens jeux ...
Tops : One Deck Dungeon : Une très bonne surprise pour du jeu solo. Le jeu est facile à comprendre, contient toute la mécanique nécessaire à un dungeon crawler en très peu de place et se joue rapidement (une grosse demi heure par donjon). Certes au bout de 10 parties d'affilée ça se répète un peu mais avec 5 donjons et 5 personnages il y a de quoi faire. Et puis une fois terminé il y a l'extension Forest of Shadows qui renouvelle les rencontres et les monstres. Vraiment, je conseille à tout amateur de jeu solo.

Fallout Wasteland Warfare : Un jeu d'escarmouche qui inclut de la recherche, des missions, de la progression en mode "Settlement". Et puis l'univers de Fallout est proprement retranscrit. On regrettera un mode "aventure" pour jouer un perso contre diverses m…

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Uncle Scourge :

HagarWulfen : pour finir cette 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque jouer de notre groupe, quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. 

Il était grand temps pour moi de me lancer dans l'écriture d'un article, puisque qu'HagarWulfen me le demande depuis maintenant plus d'un an. Quoi de mieux que de commencer avec un TOPS/FLOPS?
Disclaimer : Je vis depuis quelques années à Montréal, mon langage a changé et il se peut que des anglicismes se glissent dans mes articles, soyez tolérant!

TOPS :

Western Legend : propre et efficace, le narratif et les graphismes du jeu m'ont séduit. Les mécaniques de jeux donnent un excellent feeling des différentes méthodes pour devenir une légende du Far-West ! Par exemple tenter sa chance en tant que bandit donne accès à de nombreuses récompenses et assure une gloire rapide, m…

La fin de Warhammer ... et de GW ?

Bon bah voilà, c'est fait ! Ce que je prédisais depuis plus d'un an à qui voulait bien l'entendre, est arrivé. Games Workshop s'est débarrassé du gouffre financier qu'est Warhammer. Warhammer est mort. Ou plutôt Warhammer Fantasy Battle est mort!
En même temps, lorsqu'un jeu coûte aussi cher en développement que coûtait WFB, et qu'il prend autant de place dans les magasins, tout cela pour ne faire que moins de 20% du chiffre d'affaire d'une entreprise, il est évident qu'il faut agir.
Alors Games Workshop a agi. Les suppléments End of Times ont détruit le monde de Battle, et on passe à la suite, tout le monde est mort, sauf Sigmar. Et il revient avec des gars en armure, préparés en secret dans ses laboratoires magiques (manquerait plus que ce soit sur Luna et ça nous rappellerait fortement quelque chose. Bref, c'est une remise à plat du background et de l'imagerie du monde de battle... non de Sigmar...!

Games Workshop vise avant tout le ma…

[Horus Heresy] Le maître de l'humanité - Aaron Dembski-Bowden

Des milliards et des milliards de voix maudissent Horus l'architraître, lui qui a déclenché un conflit galactique d'une ampleur quasi inimaginable. Pourtant, d'aucuns murmurent qu'il faudrait blâmer l'Empereur lui-même. Des années après s'être retiré de la Grande Croisade en faveur d'obscures travaux sous le Palais impérial de Terra, il livre à présent une sorte de guerre toute différente dans l'antique Toile des Eldars - une guerre contre les forces démoniaques du Chaos.
Ah putain !! Enfin !! C'est à l'aune de la lecture de ce roman qu'on se rend compte à quel point les précédents étaient mauvais. Je crois que depuis un (long) moment, je n'avais pas lu un livre d'une telle qualité dans cette collection... 
Aaron Dembski-Bowden qui avait pourtant mal commencé sa carrière chez Black Library avec la daube qu'est Helsreach, mais qui avait produit le magnifique Le Premier Hérétique nous offre là l'un des meilleurs livres de la sé…