Accéder au contenu principal

Mythic Battles Tour

Après une dure semaine de peinture pour une partie d’Apocalypse dimanche dernier, et de nombreux soucis d'informatique (qui ne sont pas terminés), je suis enfin disponible pour vous parler de Mythic Battles, que j’ai pu tester jeudi 22 octobre avec quelques internautes et Léonidas, au Dernier Bar, à Paris. 
Cette version est une réédition et un gros boost du jeu de Benoît Vogt, avec entre autre l’ajout de figurines et des règles modifiées. C'est un jeu pour 2 à 4 joueurs en affrontement chacun pour soi et une version 2 contre 2 est prévue.
Durée : environ 1h30 en moyenne.

Je n'ai personnellement jamais joué à l'ancienne version, donc je ne pourrai pas comparer. 
Plus d'infos sur l'ancienne version et on parle de la nouvelle version sur le forum de TricTrac.

Sur le projet, on retrouve Léonidas Vesperini, et beaucoup d'autres personnes ayant travaillés sur Conan, car Monolith participe au financement du jeu. Il y aura donc, côté règles, Benoit Vogt ; côté illustrations, Loic Muzy (illustrateur de la première édition), les frères Kopinski, Paolo Parente et Georges Clarenko pour les maps ; et enfin côté figurines : Stéphane Simon, Viktor Dragosani, Yannick Hennebo... Les figurines seront produites par l’usine de Paolo Parente pour une qualité identique à celle de Blood Rage, The Others et de Conan.

Le jeu sera un Kickstarter, et pour un montant d'à peu près 90$, il devrait y avoir une quarantaine de figurines allant de 32 à 70 mm :
- 4 Dieux : Zeus, Ares, Athéna, Hadès. (J'ai vu certaines figs, et elles seront fidèles aux illustrations).


- des monstres (jusqu'à 70mm) : Hydre de Lerne, Lion de Némée, Cerbère, le Minotaure, la Méduse...




- des héros : Achille, Ulysse, Léonidas, Hercule, Atalante...


- des séides : 4 Amazones, 5 Hoplites, 5 chiens des enfers, 3 Spartiates, 2 centaures, 4 serviteurs des enfers. 


- 2 plateaux de jeu et le matériel du jeu : cartes et dés, décors en relief... 

L'univers de Mythic Battles est une sorte d'apocalypse antique durant lequel les Dieux; qui ont perdu une partie de leur pouvoir, se retrouvent sur Terre pour rechercher des fragments de leur puissance perdue sous forme de gemmes. La porte de l'enfer est ouverte, et tout un tas de héros et de monstres en sortent. On y retrouve des figures mythologiques mais aussi des personnages historiques comme Léonidas.

Un cross-over serait prévu avec Conan (il devrait y avoir des scénarios pour Conan sur des maps Mythic Battles et inversement).

Le soir du test, les figurines étaient en partie des proxys mais certaines comme Héraclès, Léonidas, les Spartiates, les Serviteurs des Enfers et les Hoplites étaient les versions définitives. Vous pouvez les voir sur les photos qui accompagnent l'article. Comme vous l'avez déjà remarqué, les illustrations du jeu sont particulièrement soignées et permettent de découvrir cet univers que nous connaissons tous mais avec la pattes Mythic Battles.

Le scénario joué propose deux manières de remporter une partie : un Dieu ramasse et consomme 4 fragments de pouvoir, ou l'autre Dieu est défait. 

Une partie de Mythic Battles commence par une phase de draft. Il y a une limite de points par armée qui correspond au nombre de joueurs (12 pour 2 joueurs, 8 pour 4 joueurs). Chacun leur tour, les joueurs choisissent des unités sous la forme de cartes, parmi celles disponibles, en commençant par l'un des 4 dieux (qui sont gratuits mais obligatoires), puis au choix : les héros, les monstres et les sbires. les unités choisies coûtent un certain nombre de points (de 1 à 4). Ce système est très simple, et très rapide. 

En quelques minutes, les joueurs choisissent leur armée, en cherchant à combiner les compétences des unités. Par exemple, Athéna permet de bouger plusieurs autres unités de son armée, et ainsi de dépasser la limite. Achille permet d'être suivi par les Hoplites s'ils sont dans la même case (et donc de les jouer en plus d'une autre unité), l'Hydre frappe tout autour d'elle, Cerbère bloque les ennemis dans sa case... 

Chaque unité unique possède un disque qui donne ses caractéristiques. Très simple d'utilisation, il permet d'indiquer les stats en fonction des blessures. Dès qu'une figurine prend une blessure, on tourne le disque. Elle possède également une carte qui donne ses pouvoirs spéciaux et ses compétences. 
Les séides se contentent de la carte, les points de vie étant représentés par le nombre de figurines. 

Chaque joueur a alors un deck de jeu, qui est composé de cartes actions fournis avec les unités (variable en fonction des figurines choisies) et permettant de les activer sur le plateau. 
Dans ce deck, il y a aussi des cartes "Arts de la guerre" qui servent à plusieurs choses ; activer une unité supplémentaire, piocher deux cartes supplémentaires, chercher une carte précise dans notre deck, activer le pouvoir d'une figurine...   

Le tour de jeu s'organise ainsi : 
- On pioche une carte, 
- On joue une carte d'activation pour faire bouger et faire une action parmi les suivantes : frapper, tirer, ramasser des gemmes, ingérer des gemmes. 
- On peut, en plus, jouer une carte de la guerre qui peut permettre de jouer une autre carte d'activation. 

Les figurines n'entrent sur la table qu'au moment où la première carte est utilisée. 
Si un joueur doit piocher mais n'a plus de carte, il mélange sa défausse et la remet dans sa pioche. Les autres joueurs prendront alors toutes leurs cartes restantes lors de leur tour suivant. 

Les combats sont assez sympas, surtout pour les poissards comme moi. En effet, on lance un nombre de dés qui correspond à la stat de la figs sur le disque. Il y a 6 faces sur les dés : 1, 2, 3, 4, 5, et Rien. Les 5 explosent (ils sont relançables et le second jet s'ajoute au 5), des dés peuvent retirés (sauf les "rien !") pour augmenter de 1 la face d'un autre dé. Pour blesser, il faut atteindre la carac de défense adverse.

Le plateau possède des cases de tailles variables et des décors qui permettent d'ajouter un plus tactique aux mouvements des personnages. 

Les figurines définitives :

Les figurines présentées jusqu'à présent sont de bonnes factures, mais autant je suis archi fan du séide des enfers ou de l'amazone (qui est oufissime!!), autant la masse d'Heraclès ne m'emballe pas (la figurine paraissait grossière en photo alors qu'elle est très bien en vraie) et la forme des boucliers des Hoplites et d'Achille me gênent, ils devraient être plus ronds.


J'attends d'en voir plus, mais je sais que certains Dieux sont splendides...  

La peinture de Vlad fait chialer... 


Au final, Mythic Battles me parait être un très bon jeu, croisement entre le jeu de plateau et le jeu d'escarmouche. Il est rapide à installer, à jouer et doter de 3 mécaniques intéressants, qui permettent un véritable défi.

Facile d'accès au début, il prend toute son ampleur avec les nombreuses compétences communes mais aussi compétences individuelles des unités. C'est définitivement un jeu de combo.

Le draft du début est également un bon système simple et efficace, car très rapide et équitable. Ce qui est bien avec la mythologie, c'est que tout le monde connait. Résultat, nous sommes plusieurs à avoir choisi des armées à thème. Il permet un véritable deckbuiding, une personnalisation de son deck pour la partie à venir.

La phase de combat et plus particulièrement la manière dont les dés sont utilisés apporte un renouveau indéniable et agréable et permet de réduire l'effet de la poisse. C'est bien ! Le système de disque est un plus pour faciliter la vie des joueurs.

Enfin, il propose plusieurs modes de jeu. A plusieurs camp, c'est drôle, chaotique et convivial. A deux, c'est plus tactique.

En tout cas, j'ai passé un excellent moment, merci à Léonidas et son équipe. J'attends avec impatience ce Kickstarter.



Commentaires

Best of du mois

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par HagarWulfen

HagarWulfen : Pour finir cette année 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque joueur de notre groupe quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. Je m’y colle.
Tops :
Rising Sun : Clairement la bonne surprise de l’année pour moi. On n’en a fait que 3 parties, mais c’est un plaisir à chaque fois. La preuve s’il en ait que Kickstarter peut permettre de belles pépites en proposant des jeux de société intéressants, magnifiés par un matériel pléthorique et de qualité. Les jeux de conquête sont clairement mes jeux préférés, mais ils ont le mauvais goût d’encourager à éliminer ses adversaires et à durer des heures. Comme plus personne ne veut y jouer, ils ne le servent à rien. Ici, sous un enrobage de jeu de conquête, Eric Lang nous propose un en réalité un jeu de majorité qui donne l’impression de jouer à un jeu de conquête. Le tout …

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Kenozan

Dans la lignée de mon camarade HagarWulfen, voici mes tops et flops de l'année 2018. La plupart sont des jeux récents, je n'ai pas trouvé le temps de reprendre d'anciens jeux ...
Tops : One Deck Dungeon : Une très bonne surprise pour du jeu solo. Le jeu est facile à comprendre, contient toute la mécanique nécessaire à un dungeon crawler en très peu de place et se joue rapidement (une grosse demi heure par donjon). Certes au bout de 10 parties d'affilée ça se répète un peu mais avec 5 donjons et 5 personnages il y a de quoi faire. Et puis une fois terminé il y a l'extension Forest of Shadows qui renouvelle les rencontres et les monstres. Vraiment, je conseille à tout amateur de jeu solo.

Fallout Wasteland Warfare : Un jeu d'escarmouche qui inclut de la recherche, des missions, de la progression en mode "Settlement". Et puis l'univers de Fallout est proprement retranscrit. On regrettera un mode "aventure" pour jouer un perso contre diverses m…

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Uncle Scourge :

HagarWulfen : pour finir cette 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque jouer de notre groupe, quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. 

Il était grand temps pour moi de me lancer dans l'écriture d'un article, puisque qu'HagarWulfen me le demande depuis maintenant plus d'un an. Quoi de mieux que de commencer avec un TOPS/FLOPS?
Disclaimer : Je vis depuis quelques années à Montréal, mon langage a changé et il se peut que des anglicismes se glissent dans mes articles, soyez tolérant!

TOPS :

Western Legend : propre et efficace, le narratif et les graphismes du jeu m'ont séduit. Les mécaniques de jeux donnent un excellent feeling des différentes méthodes pour devenir une légende du Far-West ! Par exemple tenter sa chance en tant que bandit donne accès à de nombreuses récompenses et assure une gloire rapide, m…

La fin de Warhammer ... et de GW ?

Bon bah voilà, c'est fait ! Ce que je prédisais depuis plus d'un an à qui voulait bien l'entendre, est arrivé. Games Workshop s'est débarrassé du gouffre financier qu'est Warhammer. Warhammer est mort. Ou plutôt Warhammer Fantasy Battle est mort!
En même temps, lorsqu'un jeu coûte aussi cher en développement que coûtait WFB, et qu'il prend autant de place dans les magasins, tout cela pour ne faire que moins de 20% du chiffre d'affaire d'une entreprise, il est évident qu'il faut agir.
Alors Games Workshop a agi. Les suppléments End of Times ont détruit le monde de Battle, et on passe à la suite, tout le monde est mort, sauf Sigmar. Et il revient avec des gars en armure, préparés en secret dans ses laboratoires magiques (manquerait plus que ce soit sur Luna et ça nous rappellerait fortement quelque chose. Bref, c'est une remise à plat du background et de l'imagerie du monde de battle... non de Sigmar...!

Games Workshop vise avant tout le ma…

[Horus Heresy] Le maître de l'humanité - Aaron Dembski-Bowden

Des milliards et des milliards de voix maudissent Horus l'architraître, lui qui a déclenché un conflit galactique d'une ampleur quasi inimaginable. Pourtant, d'aucuns murmurent qu'il faudrait blâmer l'Empereur lui-même. Des années après s'être retiré de la Grande Croisade en faveur d'obscures travaux sous le Palais impérial de Terra, il livre à présent une sorte de guerre toute différente dans l'antique Toile des Eldars - une guerre contre les forces démoniaques du Chaos.
Ah putain !! Enfin !! C'est à l'aune de la lecture de ce roman qu'on se rend compte à quel point les précédents étaient mauvais. Je crois que depuis un (long) moment, je n'avais pas lu un livre d'une telle qualité dans cette collection... 
Aaron Dembski-Bowden qui avait pourtant mal commencé sa carrière chez Black Library avec la daube qu'est Helsreach, mais qui avait produit le magnifique Le Premier Hérétique nous offre là l'un des meilleurs livres de la sé…