Accéder au contenu principal

La Faille de Gildar - Sarah Cawkwell

L'HISTOIRE
Quand le Wolf of Fenris émerge du Warp, les Silver Skulls se lancent à l’abordage et trouvent l’antique vaisseau de guerre aux mains des Corsaires Rouges. Mais il ne s’agit pas de simples pirates, le renégat Huron Sombrecoeur et sa flotte au grand complet préparent une attaque d’envergure. La conquête de la Faille de Gildar consoliderait l’influence du chef de guerre de manière considérable, et seul le Capitaine Arrun et ses Silver Skulls sont en mesure de l’arrêter. Alors qu’une bataille spatiale fait rage et que les deux camps échangent des salves de torpilles, le génie tactique de Arrun se mesure à l’expérience de son adversaire. Ce n’est pas dans l’espace, mais bien sur la surface de Gildar Secundus, que ce jouera le destin de la Faille.
Pour le dire clairement, dès le départ, ce livre n'est pas un nanar .. (pour une fois dans cette série!!) mais on est loin du chef d'oeuvre. 

Avant d’entamer la critique de ce livre, je voudrai revenir sur les trois critères indispensables pour jauger de la qualité d’un livre issue de l’univers Warhammer 40.000. 
- Le premier, comme pour tous autres livres est la qualité de l’histoire. L’histoire doit être intéressante, avoir de l’intérêt et ne pas tomber dans le scénario pourri de série B. Elle doit être crédible, intéressante, et tenir le lecteur en haleine. 
- Le second critère, est le style de l’auteur. Style d’écriture, richesse du vocabulaire, mais également effets de narration ; en bref, les moyens qu’utilisent l’auteur pour mettre en place son histoire. 
- Le troisième critère, c’est le respect du Background avec un grand B, celui de l’univers de Wh40k. L’auteur doit le respecter, s’inscrire dedans, mais il peut aussi y ajouter de larges pans. 
C’est à la lumière de ces trois critères que l’on peut juger d’un bouquin dans l’univers de Wh40k.

Bon alors, qu'est ce que ça donne?
- L'histoire : franchement, pas transcendante, les 100 premières pages sont longues... J'ai mis un mois. Les Silver Skull sont des gros nases obscurantistes, dominés par leurs prophètes chapelains... Et l'un d'eux nous fait clairement comprendre qu'il ne voit rien, et qu'il mitonne. Les capitaines n'ont pas de liberté d'action, et celui qu'on suit est en plus un gros connard qui gueule tout le temps. Le chapitre fait rêver... 
De l'autre côté, Huron, est un gros nase décérébré. La preuve, il sacrifie ses marines, trois croiseurs et des cultistes pour aller chercher l'équivalent d'un train de carburant sur un planète et un prisonnier Silver Skull... Franchement, c'est pourri. Soyons honnête, l'auteur a-t-elle réfléchi à la quantité de carburant nécessaire pour manoeuvrer une seule barge vers ce bled pourri... Je pense plus d'un train de carburant... Mais ce n'est pas le pire.
Toute l'histoire consiste à nous faire passer du point de vue d'Huron à celui du capitaine Silver Skull, et chacun essaient de contrecarrer les plans "géniaux" de l'adversaire. Sans arrêt, ils nous font croire l'un et l'autre qu'ils ont un super plan (surtout Huron) mais rien ne fonctionne, et même dans le cas où ça aurait fonctionné, c'est tellement prévisible, qu'on s'y attend à chaque fois. La vraie force du livre est de réussir à nous faire croire jusqu'à la fin qu'il va se passer un truc énorme alors qu'il ne se passe rien, nada, que dalle...
J'ajoute que le scénario est plus proche d'un Mission Impossible que d'une bataille de SM.
- Le style de l'auteur est correct, mais aussi quelconque. Rien à ajouter, pas d'effet, on est habitué à changer de perso à chaque paragraphe, mais là, ça n'apporte pas grand chose.
- Enfin, le respect du bon vieux fluff. Bah clairement, il prend quelques claques. Outre le but de la campagne qui me parait dérisoire pour être prêt à subir autant de perte, on aussi le droit à des SM capturés qui vont peut-être passer au Chaos... Peut-être... Mais non en faite. 
Le Wolf of Fenris est dans un état lamentable, le capitaine est un piètre tacticien, le drop pod jeté depuis l'orbite mets 5 minutes à descendre sur la planète, les escouades tactiques sont à 11 SM,...  Et plein d'autres encore... Et puis surtout le gars incrusté dans la conscience du croiseur, le conflit avec le navigateur... Là aussi, on croit qu'il va se passer quelque chose mais rien... 

Bref, ce livre ne vaut pas plus de 4,5/10. Ce n'est pas de la merde, mais franchement prenez-en un autre.

Commentaires

Best of du mois

L'Eglise des Dés

"- Maître, maître, je comprends pas, ça ne marche plus quand je lance les dés !! -Non mais regarde, faut les lancer comme ça !" 
Ça fait plusieurs semaines que je voulais écrire un article sur les dés, en fait depuis une discussion au Dernier Bar avec des joueurs venus tester Conan. Mais c'est cette réflexion de deux de mes élèves en train de jouer à Zombie Dice le vendredi de la veille des vacances qui m'a remotivée. Comme-ci il y avait une façon de lancer les dés, mieux qu'une autre... Et là, je me suis écouté leur répondre que peut importe la manière, c'est le hasard... Mais alors que je leur parlais, une voix dans ma tête me disait : " bien sûr que si, il a parfaitement raison !!" 
Bien sûr qu'il avait raison... Depuis le temps que je joue avec les dés, et même si je CROIS en les statistiques, j'en ai vu des choses irrationnels, des délires de joueurs. Et même les miens... 
Pour tout dire, des dés, j'en ai des centaines... Au moins …

[HH] Betrayal at Calth - Inonder les salles - scénario 2

Dans la foulée du scénario 1 - La colère de Véridia, j'ai décidé de tester le deuxième, pour voir ce que les terminators donneraient. Alors c'est simple, le Capitaine Ultramarine Aethon doit aller activer l'inondation sur le panneau de contrôle (juste la case sous le sergent Word Bearers). Les Word Bearer doivent l'en empêcher. Seul Aethon et deux Terminators peuvent jouer pendant les deux premiers tours, les autres sont sur le plateau mais sont inactifs. D'ailleurs, les Word Bearers ne peuvent pas les attaquer.


Je me rends compte que je n'ai pas gardé les photos du début de la partie. Les Ultramarines commencent en haut et les Word Bearers à droite (enfin, ça dépend par rapport où on se place...).  Les Word Bearers ont l'initiative. 

Ils foncent se mettre en position défensive autour de l'objectif avec les deux groupes les plus puissants en haut : le sergent et deux marines, et le fuseur, un gars et le lance-missiles dans l'autre. Les deux escouad…

La peinture d'armée

Lorsqu'il y a très longtemps (vers 1996 pour être exact), j'entrais dans le hobby, nous n'étions pas des mordus de peinture. C'est avant tout le jeu et l'univers qui nous plaisaient. Après avoir détruit nos exemplaires de Seigneurs de Guerre, HeroQuest et Space Crusade à  la peinture à l'huile Humbrol, peindre m'apparaissait plus comme un obstacle que comme un épanouissement.

Je ne vous ferai pas l'affront de vous montrer les figurines de l'époque, bien que des morceaux de Griffes Sanglantes SW traînent encore dans une de mes boites à rabiots. Bref, après la destruction de cette escouade, et d'un Ragnar Blackmane... oui mon style était plutôt pâteux, comme on en voit encore sur internet; alors que d'autres joueurs de notre groupe laissaient plutôt apparaître le blanc de la sous-couche... La sous-couche, parlons-en. On la faisait au pinceau... Aie !! D'autres n'en faisaient même pas. 

Le résultat de ce calvaire de peinture donna une …

[HH] Betrayal at Calth - La colère de Véridia - Scénario 1

Après la lecture des règles, pour bien les assimiler et pour me faire un avis sur le jeu, j'ai testé le premier scénario, en solo, faute de temps libre et de pouvoir sortir de chez moi. 
Le scénario 1 : La colère de Véridia est le suivant : avant que certaines salles soient abandonnées à la fureur du soleil de Calth, le capitaine Ventanus prévient que les portes vont être fermées. Deux escouades se rencontrent. Elles doivent réussir à passer par l'une des portes de sortie avant que celles-ci ne se ferment. Il y a 3 portes, celle de gauche se ferme à la fin du tour 3, puis celle de droite au tour 4 et enfin celle du milieu au tour 6.   
Pour bien différencier les deux camps, j'ai choisi dès le début de jouer les deux adversaires de deux manières différentes. Les Ultramarines vont avancer en se couvrant mutuellement et en s'attendant comme le feraient les dignes fils de Guilliman. Alors que les Word Bearers vont laisser le porteur de bolter lourd et deux gars derrière e…

[Days of Wonder] Les aventuriers du rail : Europe

En préparant un prochain article sur l'extension : Les aventuriers du rail France, je me suis rendu compte que je n'avais encore jamais parlé de ce jeu auquel nous jouons régulièrement pourtant. 
Lorsque je dis régulièrement, ce n'est pas entre Gamers tout de même. En général, on y joue avec des Moldus et il faut le dire clairement, cette boite est une machine à convertir les Moldus en Gamers... Mwouahaha !! 
Le but du jeu est très simple, gagner le plus de points en voyageant sur les chemins de fer européens du XIXe siècle. 
Les joueurs jouent chacun leur tour. Ils ont le choix entre trois actions :  Piocher deux cartes l'une après l'autre, soit parmi les 5 posées visibles, soit dans la pioche. Sachant que si l'on choisi un joker (la loco) en face visible, on en pioche qu'une.Prendre un trajet en échangeant les cartes de la couleur du trajet contre des wagons.Piocher plusieurs cartes missions. On doit en garder au moins une.  

On marque des points en fonct…