Accéder au contenu principal

La Chute de Damnos - Nick Kyme

L'HISTOIRE
Lorsque Damnos est frappée par des tremblements de terre aux proportions cataclysmiques, une ancienne force est tirée de son sommeil. Dans les tréfonds de la planète, les nécrons s’animent pour décimer la population humaine. Tout semble perdu, mais le salut viendra des cieux... Les Ultramarines bravent un formidable barrage d’artillerie afin de déployer leurs forces sur Damnos. Ils sont menés par deux guerriers de légende – le capitaine Cato Sicarius et le Maître Archiviste Tigurius. Ils sont le dernier espoir de survie de la planète face à des ennemis impitoyables, mais des tensions au sein de leurs rangs menacent leurs chances de victoire. Alors que la bataille fait rage sur Damnos et que les Ultramarines cherchent à défaire leurs ennemis sans âme, Tigurius a une terrible vision – Sur Damnos tombera un héros...

Ah cette collection… De très beau livre, je parle de l’objet évidemment. Mais pas beaucoup plus. Encore une fois, un mec qui aurait mieux fait d’aller sauter d’un pont a tenté d’écrire un livre, et on l’a publié… Je ne sais pas qui il faut blâmer, car après tout, il y a des gens qui relise le manuscrit…

Reprenons nos critères.

Critère 1 : le scénario. Un monde est attaqué par des Nécrons sortis de terre, les Ultramarines de la seconde compagnie interviennent. Un classique. Rien à en dire. Sicarius est un gland, sa tactique préférée est de foncé sur l’ennemi pour l’engager au CàC avec son escouade de commandement, alors que ça compagnie se dirige toute seule, et qu’elle se prend les coups. Encore une fois, avant d’écrire sur des batailles, même fictives, on se renseigne un minimum sur la stratégie militaire, histoire de ne pas faire passer Sicarius le grand pour un blaireau.

Critère 2 : le style. Bah, déjà, c’est écrit par un gamin de 10 ans, non ? Ah dommage, alors… En plus de ne pas être beau, on a le droit à des flashbacks entre les SM qui n’apportent rien. Et puis, l’histoire n’est pas palpitante, linéaire, plusieurs batailles, toutes sur le point d’être perdues, se retrouvent gagnées par l’opération du saint Empereur. Ce n’est franchement pas motivant. On suit plusieurs sergents et deux humains, mais jamais Sicarius. Et puis même quand ils se font fumer, les marines ne perdent presque pas de troupes. Aucune tension. On suit également quelques Nécrons… Mais là aussi, c’est très pauvre.

Critère 3 : Pour ce qui est du respect du background, le livre reprend le background Nécrons au premier codex en ajoutant de la psychologie aux personnages, donc de nombreuses unités sont absentes. De toute façon, il n’y a que des guerriers, et des immortelles… à la pelle. Mais le plus agaçant, c’est le comportement des SM, ils ne sont que des individus agissant seuls parmi d’autres. Un SM, ce n’est pas cela. Un space marine, c’est une un rouage d’une escouade. Ils agissent en coopérant, le sergent DIRIGE son escouade, le capitaine DIRIGE la compagnie.

Le seul intérêt de ce bouquin est d’avoir donner des noms aux escouades. Bonne idée, après tout, les grenadiers montés de la Garde Impériale de Napoléon s’appelait « les Dieux ».

Au final, plusieurs choses m’interpellent.
Comment sélectionnent-ils leurs auteurs ? Les prendre parmi les anciens de GW n’est franchement pas une bonne idée. Comment choisissent-ils les batailles légendaires des SM ? Non, parce que celle-ci est sans intérêt… Les capitaines SM sont-ils tous teubés ?? Et enfin, les cartes au milieu, bordel !! 3 critiques, 3 cartes qui ne servent à rien.
Bref, c’est une daube. Ne le lisez qu’aux toilettes.

Note : 2/10
N'hésitez pas à poster un commentaire.

Commentaires

Best of du mois

L'Eglise des Dés

"- Maître, maître, je comprends pas, ça ne marche plus quand je lance les dés !! -Non mais regarde, faut les lancer comme ça !" 
Ça fait plusieurs semaines que je voulais écrire un article sur les dés, en fait depuis une discussion au Dernier Bar avec des joueurs venus tester Conan. Mais c'est cette réflexion de deux de mes élèves en train de jouer à Zombie Dice le vendredi de la veille des vacances qui m'a remotivée. Comme-ci il y avait une façon de lancer les dés, mieux qu'une autre... Et là, je me suis écouté leur répondre que peut importe la manière, c'est le hasard... Mais alors que je leur parlais, une voix dans ma tête me disait : " bien sûr que si, il a parfaitement raison !!" 
Bien sûr qu'il avait raison... Depuis le temps que je joue avec les dés, et même si je CROIS en les statistiques, j'en ai vu des choses irrationnels, des délires de joueurs. Et même les miens... 
Pour tout dire, des dés, j'en ai des centaines... Au moins …

[HH] Betrayal at Calth - Inonder les salles - scénario 2

Dans la foulée du scénario 1 - La colère de Véridia, j'ai décidé de tester le deuxième, pour voir ce que les terminators donneraient. Alors c'est simple, le Capitaine Ultramarine Aethon doit aller activer l'inondation sur le panneau de contrôle (juste la case sous le sergent Word Bearers). Les Word Bearer doivent l'en empêcher. Seul Aethon et deux Terminators peuvent jouer pendant les deux premiers tours, les autres sont sur le plateau mais sont inactifs. D'ailleurs, les Word Bearers ne peuvent pas les attaquer.


Je me rends compte que je n'ai pas gardé les photos du début de la partie. Les Ultramarines commencent en haut et les Word Bearers à droite (enfin, ça dépend par rapport où on se place...).  Les Word Bearers ont l'initiative. 

Ils foncent se mettre en position défensive autour de l'objectif avec les deux groupes les plus puissants en haut : le sergent et deux marines, et le fuseur, un gars et le lance-missiles dans l'autre. Les deux escouad…

La peinture d'armée

Lorsqu'il y a très longtemps (vers 1996 pour être exact), j'entrais dans le hobby, nous n'étions pas des mordus de peinture. C'est avant tout le jeu et l'univers qui nous plaisaient. Après avoir détruit nos exemplaires de Seigneurs de Guerre, HeroQuest et Space Crusade à  la peinture à l'huile Humbrol, peindre m'apparaissait plus comme un obstacle que comme un épanouissement.

Je ne vous ferai pas l'affront de vous montrer les figurines de l'époque, bien que des morceaux de Griffes Sanglantes SW traînent encore dans une de mes boites à rabiots. Bref, après la destruction de cette escouade, et d'un Ragnar Blackmane... oui mon style était plutôt pâteux, comme on en voit encore sur internet; alors que d'autres joueurs de notre groupe laissaient plutôt apparaître le blanc de la sous-couche... La sous-couche, parlons-en. On la faisait au pinceau... Aie !! D'autres n'en faisaient même pas. 

Le résultat de ce calvaire de peinture donna une …

[HH] Betrayal at Calth - La colère de Véridia - Scénario 1

Après la lecture des règles, pour bien les assimiler et pour me faire un avis sur le jeu, j'ai testé le premier scénario, en solo, faute de temps libre et de pouvoir sortir de chez moi. 
Le scénario 1 : La colère de Véridia est le suivant : avant que certaines salles soient abandonnées à la fureur du soleil de Calth, le capitaine Ventanus prévient que les portes vont être fermées. Deux escouades se rencontrent. Elles doivent réussir à passer par l'une des portes de sortie avant que celles-ci ne se ferment. Il y a 3 portes, celle de gauche se ferme à la fin du tour 3, puis celle de droite au tour 4 et enfin celle du milieu au tour 6.   
Pour bien différencier les deux camps, j'ai choisi dès le début de jouer les deux adversaires de deux manières différentes. Les Ultramarines vont avancer en se couvrant mutuellement et en s'attendant comme le feraient les dignes fils de Guilliman. Alors que les Word Bearers vont laisser le porteur de bolter lourd et deux gars derrière e…

[Days of Wonder] Les aventuriers du rail : Europe

En préparant un prochain article sur l'extension : Les aventuriers du rail France, je me suis rendu compte que je n'avais encore jamais parlé de ce jeu auquel nous jouons régulièrement pourtant. 
Lorsque je dis régulièrement, ce n'est pas entre Gamers tout de même. En général, on y joue avec des Moldus et il faut le dire clairement, cette boite est une machine à convertir les Moldus en Gamers... Mwouahaha !! 
Le but du jeu est très simple, gagner le plus de points en voyageant sur les chemins de fer européens du XIXe siècle. 
Les joueurs jouent chacun leur tour. Ils ont le choix entre trois actions :  Piocher deux cartes l'une après l'autre, soit parmi les 5 posées visibles, soit dans la pioche. Sachant que si l'on choisi un joker (la loco) en face visible, on en pioche qu'une.Prendre un trajet en échangeant les cartes de la couleur du trajet contre des wagons.Piocher plusieurs cartes missions. On doit en garder au moins une.  

On marque des points en fonct…