Accéder au contenu principal

Game of Thrones - le Jeu de Plateau (2e partie)

Il y a quelques semaines, nous avons joué une seconde partie du jeu de plateau du Trône de Fer. 
Avec en prime, un sixième joueur pour exploiter le jeu à son maximum. 
On tire au sort les familles : j'obtiens les Stark, Max les Greyjoy, Elora les Lannister, Axel les Martell, Polo les Tyrell, Lolo les Baratheon. 

Lannister et Greyjoy s'associent dès le début, mais Stark et Greyjoy aussi. Les Stark s'allient aussi aux Baratheon alors que Martell et Tyrell décident de ne pas se combattre. En bref, personne ne veut lancer la première attaque, et personne ne veut se faire d'ennemis. 
Du coup, on commence par prendre les territoires neutres. Puis on passe quelque temps à se regarder dans le blanc des yeux. Pour ma part, j'ai compris la leçon de la première partie et donc, je cherche dès le début à défendre mes mers. En contre-partie, je ne prend pas les territoires avec des couronnes, et du coup, je manque de point de pouvoir.  

Cette tension me permet de me développer tranquillement au nord (qui est en bas sur la carte car je prends les photos... !!)

Les Baratheon s'installent franchement mais ils manquent de ravitaillement, et ma flotte est obligée de repousser leurs navires pour éviter toute trahison... Un conflit entre Dorne et Hautjardin couve au sud.  

Les phases d'ordre sont de plus en plus complexes, nos unités sont de plus en plus nombreuses, et nous ne nous sommes pas encore battus. 

En s'alliant avec leurs deux voisins directs, les Greyjoy se retrouvent un peu coincé dans leur expansion et décident d'attaquer les Tyrell au Sud avec des flottes alors que les Lannister attaquent par la terre. Ils profitent ainsi des succès des Martell. La première attaque est une victoire et très vite, les Greyjoy s'installent dans le territoire d'Hautjardin. Mais la pitié aidant, Polo dont c'est la première partie réussit à être épargné, et à retourner la situation en repoussant les Greyjoy sur terre et sur mer. 

Les Stark profitent du moment pour prendre des territoires aux Greyjoy mais pas assez violemment. D'autant plus qu'en déroute, ils reviennent vite. Les Lannister les aident sans flagger les territoires. Les Lannisters reculent face aux Baratheon et aux Tyrell. Et là c'est le drame, ... La trahison, les Martell prennent Peyredragon et les côtes aux mains des Baratheon. C'est la débâcle. 

Au 9e tour, les Martell atteignent le seuil fatidique de 7 forteresses, et gagnent la partie. Les Lannister sont à 6 malgré un petit territoire (bien rempli) et je ne suis qu'à 5 malgré un énorme territoire (bien vide). 

Une partie riche en rebondissement, malgré le manque d'agressivité au début, et le manque de réactivité vers la fin. Des négociations intenses au niveau tactique et sur les pistes dont je n'ai pas parlé, mais qui ont entraîné d’âpres négociations et une visibilité claire des alliances (sauf pour ceux qui ont été trahis...). 
L'utilisation des cartes de personnages est excellente et permet de bonnes prises de tête en solo derrière son écran. Les ordres et les ordres spéciaux (donc la place sur la piste du corbeau) sont fondamentaux et permettent différentes manières de jouer. Après un contrôle suffisant sur cette piste, le retour de flamme aux tours 8 et 9 m'a été fatal. Je suis deux fois parvenu à 6 forteresses mais c'est mon frère qui au final l'emporte en jouant la discrétion. 

Tout ça pour dire que ce jeu est génial, je le recommande à la fois pour la saga du Trône de Fer mais surtout car ses mécanismes sont très très sympas. Mais une partie prend du temps, beaucoup de temps. 

Commentaires

Best of du mois

L'Eglise des Dés

"- Maître, maître, je comprends pas, ça ne marche plus quand je lance les dés !! -Non mais regarde, faut les lancer comme ça !" 
Ça fait plusieurs semaines que je voulais écrire un article sur les dés, en fait depuis une discussion au Dernier Bar avec des joueurs venus tester Conan. Mais c'est cette réflexion de deux de mes élèves en train de jouer à Zombie Dice le vendredi de la veille des vacances qui m'a remotivée. Comme-ci il y avait une façon de lancer les dés, mieux qu'une autre... Et là, je me suis écouté leur répondre que peut importe la manière, c'est le hasard... Mais alors que je leur parlais, une voix dans ma tête me disait : " bien sûr que si, il a parfaitement raison !!" 
Bien sûr qu'il avait raison... Depuis le temps que je joue avec les dés, et même si je CROIS en les statistiques, j'en ai vu des choses irrationnels, des délires de joueurs. Et même les miens... 
Pour tout dire, des dés, j'en ai des centaines... Au moins …

[HH] Betrayal at Calth - Inonder les salles - scénario 2

Dans la foulée du scénario 1 - La colère de Véridia, j'ai décidé de tester le deuxième, pour voir ce que les terminators donneraient. Alors c'est simple, le Capitaine Ultramarine Aethon doit aller activer l'inondation sur le panneau de contrôle (juste la case sous le sergent Word Bearers). Les Word Bearer doivent l'en empêcher. Seul Aethon et deux Terminators peuvent jouer pendant les deux premiers tours, les autres sont sur le plateau mais sont inactifs. D'ailleurs, les Word Bearers ne peuvent pas les attaquer.


Je me rends compte que je n'ai pas gardé les photos du début de la partie. Les Ultramarines commencent en haut et les Word Bearers à droite (enfin, ça dépend par rapport où on se place...).  Les Word Bearers ont l'initiative. 

Ils foncent se mettre en position défensive autour de l'objectif avec les deux groupes les plus puissants en haut : le sergent et deux marines, et le fuseur, un gars et le lance-missiles dans l'autre. Les deux escouad…

La peinture d'armée

Lorsqu'il y a très longtemps (vers 1996 pour être exact), j'entrais dans le hobby, nous n'étions pas des mordus de peinture. C'est avant tout le jeu et l'univers qui nous plaisaient. Après avoir détruit nos exemplaires de Seigneurs de Guerre, HeroQuest et Space Crusade à  la peinture à l'huile Humbrol, peindre m'apparaissait plus comme un obstacle que comme un épanouissement.

Je ne vous ferai pas l'affront de vous montrer les figurines de l'époque, bien que des morceaux de Griffes Sanglantes SW traînent encore dans une de mes boites à rabiots. Bref, après la destruction de cette escouade, et d'un Ragnar Blackmane... oui mon style était plutôt pâteux, comme on en voit encore sur internet; alors que d'autres joueurs de notre groupe laissaient plutôt apparaître le blanc de la sous-couche... La sous-couche, parlons-en. On la faisait au pinceau... Aie !! D'autres n'en faisaient même pas. 

Le résultat de ce calvaire de peinture donna une …

[HH] Betrayal at Calth - La colère de Véridia - Scénario 1

Après la lecture des règles, pour bien les assimiler et pour me faire un avis sur le jeu, j'ai testé le premier scénario, en solo, faute de temps libre et de pouvoir sortir de chez moi. 
Le scénario 1 : La colère de Véridia est le suivant : avant que certaines salles soient abandonnées à la fureur du soleil de Calth, le capitaine Ventanus prévient que les portes vont être fermées. Deux escouades se rencontrent. Elles doivent réussir à passer par l'une des portes de sortie avant que celles-ci ne se ferment. Il y a 3 portes, celle de gauche se ferme à la fin du tour 3, puis celle de droite au tour 4 et enfin celle du milieu au tour 6.   
Pour bien différencier les deux camps, j'ai choisi dès le début de jouer les deux adversaires de deux manières différentes. Les Ultramarines vont avancer en se couvrant mutuellement et en s'attendant comme le feraient les dignes fils de Guilliman. Alors que les Word Bearers vont laisser le porteur de bolter lourd et deux gars derrière e…

[Days of Wonder] Les aventuriers du rail : Europe

En préparant un prochain article sur l'extension : Les aventuriers du rail France, je me suis rendu compte que je n'avais encore jamais parlé de ce jeu auquel nous jouons régulièrement pourtant. 
Lorsque je dis régulièrement, ce n'est pas entre Gamers tout de même. En général, on y joue avec des Moldus et il faut le dire clairement, cette boite est une machine à convertir les Moldus en Gamers... Mwouahaha !! 
Le but du jeu est très simple, gagner le plus de points en voyageant sur les chemins de fer européens du XIXe siècle. 
Les joueurs jouent chacun leur tour. Ils ont le choix entre trois actions :  Piocher deux cartes l'une après l'autre, soit parmi les 5 posées visibles, soit dans la pioche. Sachant que si l'on choisi un joker (la loco) en face visible, on en pioche qu'une.Prendre un trajet en échangeant les cartes de la couleur du trajet contre des wagons.Piocher plusieurs cartes missions. On doit en garder au moins une.  

On marque des points en fonct…