Accéder au contenu principal

Review de Tiny Epic Defenders par Kenozan

Une fois n'est pas coutume, Kenozan m'a envoyé un article sur Tiny Epic Defenders. J'apprécie le geste, et je ne peux qu'encourager les autres joueurs de notre groupe à en faire de même ! Surtout avec cette qualité. Merci à lui et bonne lecture à vous.  

Après avoir raté le Kickstarter de Gamelyn Games sur Tiny Epic Kingdoms, raté celui de Tiny Epic Defenders et ignoré celui de Tiny Epic Galaxies, j’ai eu la chance de tomber sur un joueur TricTrac qui revendait son exemplaire Deluxe encore emballé de Tiny Epic Defenders !

Le concept de cette série est simple, le jeu doit tenir dans une (grande) poche et apporter malgré tout de la stratégie et de la réflexion.

Pour le côté « petit » pas de soucis, la boite fait 18cm de long par 12 de large, sur 4 de haut environ. C'est-à-dire format K7 vidéo globalement.


On a ici, contrairement à son grand frère qui était un jeu de conquêtes et d’expansion, un jeu coopératif jouable de 1 à 4 où différentes races vont tout tenter pour protéger leur capitale des forces du Mal.

L’intérieur de la boite, il y en a du matos pour une si petite boite !

On va donc retrouver un plateau de jeu composé de 7 tuiles, 6 régions extérieures (forêt, montagne, côte, désert, plaine et ruines) et une région centrale, la Capitale.

Chaque joueur reçoit une fiche de race (avec une capacité spéciale), un meeple et un marqueur de PV.

Le jeu va ensuite se jouer en « round » durant lesquels on va tirer des cartes d’un deck fabriqué aléatoirement. Dans ce deck il peut y avoir des cartes « Action » permettant à un joueur d’effectuer un tour, des cartes « ennemis » qui augmentent le niveau de menace sur une région extérieure, et des cartes « ennemis puissants » qui ont des effets supplémentaires MAIS permettent aux héros les combattant de gagner des Artefacts.

Une zone extérieure a 4 points de menace, si elle arrive au maximum elle est détruite. Si un ennemi continue à attaquer cette zone il attaque à la place la Capitale (et là ça sent mauvais).

Pour contrer ça les héros, à leurs tours, vont se positionner sur les zones pour défendre contre les ennemis en payant de leur vie, ou utiliser leurs actions / artefacts pour régénérer leur vie ou bien descendre le niveau de menace des zones « à risque ».

Une fois le round terminé, on ajoute au deck une carte « ennemi » (puissant ou non, aléatoirement) provenant du deck de horde et on repart pour un round avec le nouveau deck.

Quand il n’y a plus de cartes à ajouter (deck de horde vide) un ennemi EPIQUE fait son apparition. Il se positionne sur une zone, ne l’attaque pas (sauf effet spécial particulier) et reste là à attendre de mourir. Les héros doivent alors lui enlever ses 10 points de vie à coup d’actions afin de gagner la partie, avant que la horde ne continue à détruire les régions et n’arrive à la capitale.

Évidemment certains héros, certains boss sont plus balaises que d’autres mais dans l’ensemble ça semble s’équilibrer.

Je tente une première partie, je joue un Nécromancien qui peut réparer une région détruite en abîmant un peu les autres régions. Tout va bien jusque l’arrive du Beholder (renommé « Overlord » pour l’occasion, ça doit être sous copyright) qui s’installe dans la montagne et qui a la mauvaise idée de se décaler d’une région dès qu’on l’attaque … malin le bougre !


Ça se finira en eau de boudin quand une Manticore viendra attaquer le désert déjà détruit, et provoquera une perte de 2 niveaux de menace sur la Capitale, signant la fin de cette partie.


La boite annonce 30 minutes par partie, je dois y être en prenant le temps de lire les règles ! Allez une deuxième partie !

Cette fois-ci je joue un Centaure, capable de se téléporter dans la forêt depuis n’importe où. Je retourne les cartes terrain pour voir l’autre côté (d’autres effets sur les mêmes zones) et on repart.


Cette partie ressemble au final à la première, tout va « globalement » bien jusqu’à l’arrivée du boss. Cette fois ci j’arrive à lui mettre 6 points de vie avant de succomber. En effet le Ver des sables riposte à chaque attaque ! Pas grave, quand on meurt il suffit de revenir en ville pour se faire soigner ! Sauf que pendant ce temps … 

Bref, j’ai vraiment envie d’y arriver je me lance dans une troisième partie. Je joue un Berserk Ork cette fois ci (qui peut gagner une action par tour en sacrifiant un point de vie) et j’essaye de modifier l’ordre des régions.

Enfin ça paye ! L’Orque Berserk est partout à la fois, il défend contre les ennemis puissant, gagne un bouclier et des bottes d’Hermes (dans mon cas, il peut pendant un round se déplacer gratuitement et défendre gratuitement). Le Demon Lord arrive, qui a comme effet de réduire les HP de l’attaquant à 1. Pas grave, on peut taper plusieurs fois en étant à 1pv !!! Et il finit ravagé par des coups de hache…



Au final, que peut-on dire de ce jeu … Le timing est respecté, il est intéressant en solo (à voir en coop, pas mal de persos donnent des bonus au jeu coop), on stresse bien des prochaines cartes qui vont arriver (est ce que ça va être mon tour de jouer ? Ou bien vais-je mourir avec une attaque de monstre ?) …

Et c’est DUR. Ce n’est pas un jeu d’ambiance pour faire rire les amis lors de la soirée pétanque-saucisse du samedi soir. On a malgré la taille du jeu un vrai challenge, une vraie réflexion (avec du hasard de tirage certes) et un vrai stress.

Le seul reproche que je lui ferai, c’est l’absence de thème. Lorsqu'un ennemi puissant ou un Boss arrive, on ressent bien l’effet de l’attaque. Mais sinon c’est « bon je déplace la flamme de 1 sur la forêt et la côte » et ça c’est un peu dommage. Je ne sais pas, remplacer la flamme par des meeples ennemis qui s’empilent serait déjà plus convaincant !!!

Ah et encore un mot, il est en Anglais. Les italiens ont fait une traduction, on trouve une traduction FR sur BGG il me semble, mais voilà Gamelyn Games ne traduit pas ses jeux.

Commentaires

Best of du mois

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par HagarWulfen

HagarWulfen : Pour finir cette année 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque joueur de notre groupe quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. Je m’y colle.
Tops :
Rising Sun : Clairement la bonne surprise de l’année pour moi. On n’en a fait que 3 parties, mais c’est un plaisir à chaque fois. La preuve s’il en ait que Kickstarter peut permettre de belles pépites en proposant des jeux de société intéressants, magnifiés par un matériel pléthorique et de qualité. Les jeux de conquête sont clairement mes jeux préférés, mais ils ont le mauvais goût d’encourager à éliminer ses adversaires et à durer des heures. Comme plus personne ne veut y jouer, ils ne le servent à rien. Ici, sous un enrobage de jeu de conquête, Eric Lang nous propose un en réalité un jeu de majorité qui donne l’impression de jouer à un jeu de conquête. Le tout …

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Kenozan

Dans la lignée de mon camarade HagarWulfen, voici mes tops et flops de l'année 2018. La plupart sont des jeux récents, je n'ai pas trouvé le temps de reprendre d'anciens jeux ...
Tops : One Deck Dungeon : Une très bonne surprise pour du jeu solo. Le jeu est facile à comprendre, contient toute la mécanique nécessaire à un dungeon crawler en très peu de place et se joue rapidement (une grosse demi heure par donjon). Certes au bout de 10 parties d'affilée ça se répète un peu mais avec 5 donjons et 5 personnages il y a de quoi faire. Et puis une fois terminé il y a l'extension Forest of Shadows qui renouvelle les rencontres et les monstres. Vraiment, je conseille à tout amateur de jeu solo.

Fallout Wasteland Warfare : Un jeu d'escarmouche qui inclut de la recherche, des missions, de la progression en mode "Settlement". Et puis l'univers de Fallout est proprement retranscrit. On regrettera un mode "aventure" pour jouer un perso contre diverses m…

TOPS et FLOPS de l'année 2018 par Uncle Scourge :

HagarWulfen : pour finir cette 2018 en beauté, j'ai demandé à chaque jouer de notre groupe, quels sont pour eux les TOPS et les FLOPS de leur année 2018. Je dis bien de leur année 2018, car on ne se contente pas de parler des jeux de cette année mais des jeux auxquels nous avons joué cette année. 

Il était grand temps pour moi de me lancer dans l'écriture d'un article, puisque qu'HagarWulfen me le demande depuis maintenant plus d'un an. Quoi de mieux que de commencer avec un TOPS/FLOPS?
Disclaimer : Je vis depuis quelques années à Montréal, mon langage a changé et il se peut que des anglicismes se glissent dans mes articles, soyez tolérant!

TOPS :

Western Legend : propre et efficace, le narratif et les graphismes du jeu m'ont séduit. Les mécaniques de jeux donnent un excellent feeling des différentes méthodes pour devenir une légende du Far-West ! Par exemple tenter sa chance en tant que bandit donne accès à de nombreuses récompenses et assure une gloire rapide, m…

La fin de Warhammer ... et de GW ?

Bon bah voilà, c'est fait ! Ce que je prédisais depuis plus d'un an à qui voulait bien l'entendre, est arrivé. Games Workshop s'est débarrassé du gouffre financier qu'est Warhammer. Warhammer est mort. Ou plutôt Warhammer Fantasy Battle est mort!
En même temps, lorsqu'un jeu coûte aussi cher en développement que coûtait WFB, et qu'il prend autant de place dans les magasins, tout cela pour ne faire que moins de 20% du chiffre d'affaire d'une entreprise, il est évident qu'il faut agir.
Alors Games Workshop a agi. Les suppléments End of Times ont détruit le monde de Battle, et on passe à la suite, tout le monde est mort, sauf Sigmar. Et il revient avec des gars en armure, préparés en secret dans ses laboratoires magiques (manquerait plus que ce soit sur Luna et ça nous rappellerait fortement quelque chose. Bref, c'est une remise à plat du background et de l'imagerie du monde de battle... non de Sigmar...!

Games Workshop vise avant tout le ma…

[Horus Heresy] Le maître de l'humanité - Aaron Dembski-Bowden

Des milliards et des milliards de voix maudissent Horus l'architraître, lui qui a déclenché un conflit galactique d'une ampleur quasi inimaginable. Pourtant, d'aucuns murmurent qu'il faudrait blâmer l'Empereur lui-même. Des années après s'être retiré de la Grande Croisade en faveur d'obscures travaux sous le Palais impérial de Terra, il livre à présent une sorte de guerre toute différente dans l'antique Toile des Eldars - une guerre contre les forces démoniaques du Chaos.
Ah putain !! Enfin !! C'est à l'aune de la lecture de ce roman qu'on se rend compte à quel point les précédents étaient mauvais. Je crois que depuis un (long) moment, je n'avais pas lu un livre d'une telle qualité dans cette collection... 
Aaron Dembski-Bowden qui avait pourtant mal commencé sa carrière chez Black Library avec la daube qu'est Helsreach, mais qui avait produit le magnifique Le Premier Hérétique nous offre là l'un des meilleurs livres de la sé…